Jo Nesbo – Le bonhomme de neige

https://i1.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/7/8/9/9782070427987.jpg 


Quatrième de couverture :


« Oslo, novembre 2004, la première neige tombe sur la ville. Dans le jardin familial des Becker, un bonhomme de neige fait irruption, comme sorti de nulle part. Le jeune fils remarque qu’il est tourné vers la maison et que ses grands yeux noirs regardent fixement leurs fenêtres. Dans la nuit, Birte, la mère, disparaît, laissant pour seule trace son écharpe rose, retrouvée autour du cou du bonhomme de neige. Dans le même temps, l’inspecteur Harry Hole reçoit une lettre signée « le bonhomme de neige » qui lui annonce d’autres victimes. Plongeant son nez dans les dossiers de la police, Harry met en lumière une vague de disparitions parmi les femmes mariées et mères de famille de Norvège. Toutes n’ont plus donné signe de vie le jour de la première neige. D’une sobriété étonnante, Harry Hole va se retrouver confronté, pour la première fois de sa carrière, à un tueur en série agissant sur le territoire norvégien et qui le conduira jusqu’au gouffre de sa folie »


Mon avis :
Après avoir lu cet excellent polar norvégien, vous regarderez peut-être d’un autre oeil les bonhommes de neige que font les enfants quand il neige.
J’ai beaucoup aimé cette dernière enquête de l’inspecteur Harry Hole que l’on retrouve sobre. Incroyable, mais vrai ! Attention, sobre ne veut pas dire : bien dans sa peau, heureux et prochaines vacances réservées au ski.  Harry ne digère toujours pas sa rupture avec Rakel, il tente de s’habituer à son nouvel compagnon. Oleg, le fils de Rakel, considère toujours Harry comme son père. On retrouve les autres personnages policiers habituels auquels s’ajoute une nouvelle recrue policière Katrin Bratt à laquelle je me suis assez attachée, peut-être plus qu’à Harry Hole qui n’est pas vraiment attachant … Il fait partie de ces personnages solitaires, froid, cyniques que l’on apprecie mais sans s’y attacher comme on le ferai avec d’autres. Enfin, cet avis n’engage que moi.

J’ai trouvé l’idée des bonhommes de neige intéressante ou comment donner à quelque chose d’enfantin une dimension sadique et terrifiante.
Le bonhomme de neige n’est pas un thriller au rythme très rapide, mais je me suis quand même laissé prendre par les quelques fausses pistes. D’un côté, quand le tueur en série présumé est démasqué à la moitié du livre, on se doute bien qu’il va y avoir un renversement de situation.
Bref, même si ce roman n’a pas eu l’aptitude de me faire passer une nuit blanche (impossible, l’envie de sommeil est toujours plus forte chez moi), je me suis régalée de bout en bout.

Publicités

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s