Herbjorg Wassmo – Le livre de Dina : Les limons vides

https://i1.wp.com/www.livraddict.com/biblio/couverture/couv10269181.jpg

Quatrième de couverture :

 » Figé dans un linceul de glace, à l’extrême pointe de la Norvège, le Nordland est un pays de fin du monde. […] Là-bas, se déchaîne une furie, une femme, Dina, que la mort suit comme son ombre. Enfant, Dina est frappée par le destin, par la main de Dieu ou par celle du diable. Ou par les trois. Elle tue sa mère. Maudite par son entourage, abandonnée à elle-même, elle grandit, sauvage et, surtout, libre. Dès lors, Dina, arrogante, farouche, ira, seule, sur un long chemin de hargne. […] Le Livre de Dina est un long requiem, un chant de douleur et de violence, de folle passion et d’insondable solitude. Ici, l’amour est une danse effrénée et voluptueuse, une torture, une mise à mort. Herbjorg Wassmo dirige son tumultueux personnage d’une plume rapide, sensuelle, vertigineuse. Elle dompte les mots, les images, les sens, tout comme sa Dina asservit son étalon ou ses amants, assouvit sa rage de vivre. Sans palabres.  » Martine Laval, Télérama. »

Mon avis :

Dina semble semer la mort dans son sillage. Ca a commencé avec sa mère qu’elle a brulé accidentellement quand elle avait 5 ans et ça continue lorsqu’elle a 18 ans et qu’elle tue son mari. C’est d’ailleurs à ce moment là que nous rencontrons Dina pour la première fois.

La première fois, Dina rentre muette à la maison. Tout le monde autour d’elle redouble d’efforts pour la faire parler et ce sera finalement la musique  d’un violoncelle qui lui feront retrouver la parole. Dina se met alors à jouer du violon, du piano et elle est aussi très douée pour compter.

Cependant, son père – Le commissaire – est dépassée par sa fille unique. Car Dina est aussi sauvage  que l’est la Norvège de la première moitié du XIXeme siècle. La petite fille et plus tard adolescente n’en fait qu’à sa tête, elle  fume des cigares, monte à cheval et dans les arbres, porte des pantalons de cuir… Et pour ne rien arranger, elle fait tout pour saboter le nouveau mariage de son père.

Finalement, il la marie à 16 ans avec Jacob, un veuf de 47 ans. Peut-être a t’il cru que cela « dresserait » Dina ? Que le fait de savoir qu’elle a désormais des responsabilités lui ferait oublier l’envie de grimper aux arbres en pleine nuit ? C’est aussi ce qu’on aurait pu croire … mais Dina va vite tourner le mariage en sa faveur, obtenant tout ce qu’elle désire de son mari. Que ce soit à 8 ou à 16 ans, Dina reste toujours aussi libre, n’obéissant qu’à sa loi.

Ce récit ponctué à chaque chapitre de citations extraites de l’ancien testament (l’unique lecture de Dina) est un magnifique récit noir et poétique sur le destin d’une femme libérée et sauvage, ayant pour cadre le Nordland, un comté du nord de la Norvège où  le soleil ne montre pratiquement pas le bout du nez durant l’hiver.

Le livre de Dina compte deux autres tomes : Les vivants aussi et Ma bien aimé est à moi. J’ai maintenant hâte de pouvoir les lire.

Publicités

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s