David Gemmell – Waylander

https://i0.wp.com/www.livraddict.com/biblio/couverture/couv42907722.jpg


Quatrième de couverture :

« Le Roi de Drenaï a été assassiné. Une armée d’envahisseurs déferle sur le pays, avec pour mot d’ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Mais tout espoir n’est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander. Seul, il va s’aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté.
Mais peut-on faire confiance à ce Waylander ?…
Après tout, c’est lui qui a assassiné le roi. »

Mon avis :

Ce livre a été choisi pour être le lauréat du défi organisé par Lexounet  : Tu es mal noté, mon pauvre, on va arranger ça. Pour moi, qui l’avait déjà dans ma PAL, c’était une occasion en plus de lire de la Fantasy.

La seule référence que j’ai dans ce genre, c’est Le seigneur des anneaux qui furent mes films préférés pendant mon adolescence, les livres m’avaient moins plu ( en même temps, j’étais moins lectrice qu’aujourd’hui).
Bref, en lisant Waylander, je me suis souvent référé à l’oeuvre de Tolkien, en imaginant Waylander avec la tête d’Aragorn. Enfin, si Waylander n’a pas du tout la même richesse que l’oeuvre de Tolkien,  j’ai quand même passé un bon moment de lecture.

On retrouve des thèmes classiques à la Fantasy : un anti-héros (Waylander), un héros qui se réveille suite à un élément déclencheur (Dardalion, un prêtre, qui fonde une élite armée suite à sa rencontre avec Waylander), une belle demoiselle pas si en détresse que ça, un siège, des combats, des créatures surnaturelles, une quête …

Certains pourraient dire que c’est un peu stéréotypé, mais comme je le disais, je ne lis pas de Fantasy, donc pour moi, tous ces éléments sont bien passés.

Le personnage de Waylander m’a même émue, j’ai toujours eu une préférence pour les anti-héros torturés que pour les héros qui acceptent leur rôle sans souciller. Certes, Waylander est un assassin sans pitié pour ses ennemis et suite à ce qu’il a vécu, je peux parfaitement comprendre.

Bien que ce livre s’appelle Waylander, nous suivons d’autres personnages à travers la guerre contre les Vagrians, ce qui permet une diversité de l’intrigue. Enfin, en ce qui concerne, il n’y a pas réellements de temps mort et pour ma part, j’ai aimé la fin.

Si Waylander ne m’aura pas fait adorer la Fantasy, il est évident que c’est un genre vers lequel je reviendrai à l’occasion avec plaisir.

Publicités

Une réflexion sur “David Gemmell – Waylander

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s