Stefan Mani – Noir Ocean

https://i0.wp.com/www.livraddict.com/biblio/couverture/couv26828866.jpg

 Quatrième de couverture :

« De lourds nuages noirs s’amoncellent dans le ciel zébré d’éclairs au moment où le Per se quitte le port de Grundartangi en Islande en direction du Surinam. À son bord, neuf membres d’équipage qui, tous, semblent avoir emporté dans leurs bagages des secrets peu reluisants.
Ceux qui ont entendu dire que la compagnie de fret allait les licencier et qu’il s’agit là de leur dernier voyage sont bien décidés à prendre les choses en main, une fois que la météo sera plus favorable. La mutinerie n’est pas loin et, très vite, l’atmosphère se charge de suspicion, de menaces et d’hostilité.
Quand les communications sont coupées par l’un des membres de l’équipage – mais lequel ? –, la folie prend peu à peu le contrôle du bateau qui n’en finit pas de dériver vers des mers toujours plus froides et inhospitalières… »

Mon avis :

Il m’en aura fallu du temps pour mettre ce livre dans ma wish-list. Tout d’abord, la couverture ne m’a pas interpellée et le résumé avait l’air bien mais comme j’avais assez d’idées de lecture, j’ai laissé trainer. Ce fut finalement l’avis de Jean Marc Laherrère qui me donna réellement l’envie de sauter le pas.

Et bien, je n’ai pas du tout été déçue. Loin de là, j’ai adoré cette lecture. Avec Indridason, on est habituée à de la lenteur, ici pas du tout ! Les faits s’enchainent aussi vite que la tempête approche. La galerie des personnages est très bien fournie avec :

Saeli, un jeune père de famille qui doit une grosse dette au Démon, roi de la pègre islandaise

Jon Karl, le fameux Démon qui est lui aussi pris au piège par quelqu’un de plus puissant.

Jonas qui tue sa femme à coup de marteau avant d’embarquer.

Et d’autres qui cachent bien des choses sombres …

Dès les premiers chapitres, j’ai tout de suite plongé avec l’auteur, les pièces se mettent rapidement en place et quand tous les mauvais éléments sont réunis, les voilà coincés sur un vieux cargo dont quelqu’un a coupé les communications. Bien sûr, ce n’est qu’une partie des problèmes … Alors, imaginez ce que peuvent donner ces personnages au beau milieu de l’océan. Et il s’agit de l’océan des tempêtes, des vagues gigantesques, pas celui des cartes postales pour touristes. Et bien, cela donne un huis clos très efficace. Par ailleurs, l’auteur narre les mêmes évènements du point de vue de plusieurs personnages et j’ai trouvé ça très bien.
En bref, encore un très  polar islandais, un auteur à suivre, mais j’ai tout de même un regret : on n’a pas toutes les réponses que l’on voudrai.

Publicités

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s