Majgull Axelsson – La sorcière d’avril

https://i0.wp.com/www.livraddict.com/biblio/couverture/couv66054713.jpg

 

Quatrième de couverture :

 » Elles étaient trois filles à avoir trouvé un foyer auprès de tante Ellen, trois filles durement marquées par une enfance atroce : battues, torturées, négligées par leurs « vraies » familles. Avec le temps, elles se sont perdues de vue, les fragiles liens qui les unissaient se sont distendus, et aujourd’hui, elles n’ont plus rien en commun – sauf une quatrième « soeur », Désirée, la seule fille biologique de tante Ellen dont elles n’ont jamais entendu parler. Mais Désirée, handicapée, incapable de parler ni de marcher et vivotant dans un foyer a décidé de se venger de celles qui lui ont volé l’amour de sa mère.  »

Mon avis :

Avant toute chose, je tiens à vous avertir : ne vous jetez pas sur ce livre si vous pensez avoir affaire à une histoire de sorcières, de fantastique … Il est vrai que Désirée est une sorcière d’avril, quelqu’un capable de s’imiscer dans les esprits des gens ou animaux et de les contrôler mais c’est tout. Ne vous attendez pas à une quête, à une malédiction mais attendez vous plutot à un roman comtemporain avec une petite touche de surnaturel. Je dis cela car j’ai lu l’avis d’une bloggeuse qui avait été déçue par ce livre car elle pensait y trouver plus de fantastique.

Revenons maintenant à l’histoire. J’ai eu un peu de mal au début à suivre la narration car elle enchaine différents points de vue. Parfois, c’est Désirée qui nous parle à la première personne du sujet, soit elle nous parle d’elle, soit elle l’observe une de ses soeurs. Dans ces moments là, nous sommes avec ou Christine ou Margareta ou Birgitta et c’est Désirée qui nous narre la scène sans être vraiment là.  A d’autres moments, nous suivons une des 3 soeurs. Par ailleurs, la narration ne change pas seulement d’hôte pour le point de vue mais aussi d’époque. Ainsi, nous passons d’un personnage à l’autre et d’une époque à une autre. Durant le roman, nous allons vivre une journée du présent avec les 4 filles de Tante Ellen où elles sont quinquagénaires et nous allons aussi vivre le passé de chacune d’entre elles.

Les personnages sont très bien décrits sans exception, on apprend tout sur eux. Christina, aujourd’hui médeçin  a vécu une enfance difficile avec une mère violente et haineuse. Son personnage est attachant bien qu’il mérite d’être un peu bousculé. Ensuite, je dirais que le personnaque que j’ai le plus aimé est celui de Margareta, physicienne et insatisfaite de sa vie faite de « demi-mesures ». En revanche, le personnage de Birgitta m’a laissé de marbre : elle est manipulatrice et mène une vie d’ivrogne de squat en squat tout en écartant très souvent les jambes. Contrairement pour Désirée, Christina ou Margareta, je n’ai éprouvée aucune empathie pour elle. Désirée est sans conteste un personnage très intéressant, les gens ne voyent qu’en elle un corps hors d’usage et pourtant son esprit est plus vif que n’importe qui.

Je dirai que j’ai un ressenti plutot bon sur ce livre mais que je m’attendais à mieux. Peut-être à une véritable vengeance ? Je dois dire que la fin m’a un peu laissé dubitative, j’étais un peu sur ma fin. Un point que je ne conteste pas cependant, c’est le style d’écriture de l’auteur qui est vraiment très bon. J’ai beaucoup apprécié aussi de suivre ces 4 destins, de partager leurs vies.

D’autres avis : Biblioblog,

Publicités

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s