Graham Masterton – Le portrait du mal

https://i0.wp.com/www.livraddict.com/biblio/couverture/couv29327419.jpg

 Titre VF : Le portrait du mal

 Titre VO : Family portrait

 Auteur : Graham Masterton

 Edition : Milady (2010à

 Genre : Horreur

  Quatrième de couverture :

 » Un portrait de douze personnages au visage en décomposition… La toile est l’oeuvre d’un certain Waldegrave, ami d’Oscar Wilde et passionné d’occultisme, mais elle est sans valeur et plutôt médiocre. Alors pourquoi la mystérieuse Cordélia Gray veut-elle à tout prix s’en emparer? Quel est le secret du portrait? Qui sont les douze personnages? Vincent Pearson, l’actuel propriétaire du tableau, découvre un lien entre cette œuvre démoniaque et une série de meurtres particulièrement abominables qui secouent depuis quelques mois la Nouvelle-Angleterre…  »

Mon avis :

Voilà un roman d’horreur que j’ai beaucoup aimé, c’est une lecture parfaite pour un challenge Halloween.  Dès le début, nous sommes happés par ce récit terrifiant car nous faisons la rencontre de Maurice Gray qui prend une fille en stop et l’écorche vivante. Le ton est vite donné et il y aura dans le livre plusieurs passages où il sera nécessaire d’avoir le coeur accroché. Heureusement, Le portrait du mal n’est pas juste un enchaînement de scènes gores, il y a aussi une petite reflexion sur l’art, sur les portraits et surtout sur la croyance selon laquelle l’âme se ferait emprisonner lorsqu’on peint le portrait de la personne à laquelle elle appartient. J’avais vu ailleurs que cette même croyance existait aussi pour les photos. Je dis « petite réflexion » car ce n’est quand même pas du Oscar Wilde (j’avais lu une partie de Dorian Gray mais je n’avais pas continué, n’y ayant trouvé QUE de la reflexion ^^) et aussi parce que le but premier de ce livre est de divertir. C’est le genre de livre que vous aimeriez lire d’une traite et que vous ne reposez que par contrainte. Si j’avais été en vacances, j’aurais sans doute mis beaucoup moins de temps pour le lire.

Ensuite, l’allusion avec Oscar Wilde et Le portrait de Dorian Gray est évidente. Même nom de famille, les Gray sont aussi « obligés » de commettre des crimes pour conserver l’éternelle jeunesse et le nom d’emprunt de Cordelia Gray est Sybil Vane qui est le nom d’un des personnages féminins dans Le portrait de Dorian Gray.
Après avoir passé 70 ans en Europe, les Gray reviennent aux Etats-Unis afin de récuperer le tableau qui leur a offert la vie éternelle et dans le même temps, une série de cadavres écorchés est découverte par les services de polices.

Jack Smith (un shérif) et Vincent Pearson (un galeriste d’art) vont alors unir leur force pour arrêter la famille de nuire, non sans mal et sans beaucoup d’imprévus. Le suspense ne diminue pas de toute l’intrigue et l’écriture sans être de la grande littérature est agréable. En même temps, je ne sais pas ce que vous en pensez mais quand je lis un roman d’horreur ou un roman où il y a beaucoup de suspense, je n’attends pas de tout une écriture magnifique.

En bref, une première rencontre avec cet auteur qui s’est déroulée à la hauteur de mes attentes, je pense que je vais renouveler cette expérience.

Pour d’autres avis : Fiche Bibliomania

Publicités

2 réflexions sur “Graham Masterton – Le portrait du mal

  1. coucou! je viens de le finir et j’ai adoré ce roman! Merci de m’avoir mis l’eau à la bouche, je ne le regrette pas !

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s