Neil Gaiman – Neverwhere

https://i0.wp.com/www.livraddict.com/biblio/couverture/couv34986649.gif

 Titre VF : Neverwhere

 Titre VO : Neverwhere

 Auteur : Neil Gaiman

 Edition : J’ai Lu (2011)

 Genre : Urban Fantasy

   

Quatrième de couverture :

« Richard Mayhew vit à Londres une vie sans histoire, travaille dans un bureau, s’apprête à se marier, lorsqu’il sauve la vie de Porte, une jeune fille qui a le don de savoir ouvrir tout ce qui peut s’ouvrir. Cet évènement fait basculer sa vie. Sa fiancée le quitte, ses proches ne le voient plus, sa vie semble n’avoir jamais existé.

Il découvre alors qu’il existe un Londres d’En Bas, souterrain, peuplé de mendiants qui parlent aux rats, et de toute une société féodale et magique. Il décide de suivre Porte à la recherche des assassins de son père, dans l’espoir de trouver un moyen de reprendre une vie normale. »

Mon avis :

C’est fait ! J’ai enfin lu Neverwhere de Neil Gaiman profitant d’une réedition pour l’occasion. Verdict ? J’ai bien aimé.

Quoi pas plus ? Et ben non. Je m’attendais à autre chose même si je ne sais pas trop quoi … Tout ce que je peux dire c’est que j’ai trouvé ce livre très intriguant voire curieux, on ne cesse de se demander qui sont ces gens qui vivent dans la Londres d’En Bas.

Toutefois, n’allez pas croire que ce livre ne vaut pas la peine d’être lu, c’est juste qu’ayant eu un coup de coeur pour American Gods, je m’attendais à un coup de coeur ou presque pour celui-çi.

Pourtant, on ne s’ennuie pas réellement, la galerie des personnages est variée(mention spéciale à Mr Croup et Mr Valdemar, assassins de leur état), j’ai aimé le style de Gaiman dans lequel on trouve quelques jeux de mots.  J’ai aussi beaucoup aimé le monde d’En Bas, très complexe et imaginatif, par ailleurs, le rôle que joue le métro londonien est très intéressant et je ne doute pas que si vous avez l’occasion d’aller à Londres après avoir lu ce livre, vous regarderez d’un autre oeil les stations et vous écouterez vraiment lorsque vous entendrez : « Mind the gap between the platform and the train ».

Un avis bien court parce que je ne sais pas vraiment développer. C’est étrange, bien qu’ayant apprécié, je ne ressens pas le besoin de trop m’étendre. Lisez-le pour vous faire une idée, c’est la meilleure solution. Pour ma part, je suis un peu décue de ne pas avoir été transportée comme d’autres dans ce livre.

Publicités

Une réflexion sur “Neil Gaiman – Neverwhere

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s