Victor Dixen – Hiver Nucléaire

Couverture Le Cas Jack Spark, tome 3 : Hiver nucléaire

Titre : Hiver Nucléaire

Série : Le cas Jack Spark, tome 3

  Auteur : Victor Dixen

  Genre : Jeunesse, Fantastique et SF

  Edition : Jean Claude Gawsevitch (2011)

Quatrième de couverture :

La fin du monde est arrivée. Le ciel n’est plus qu’un immense nuage de cendres. La Terre n’est plus qu’un désert gelé. Les envahisseurs ont résolu d’exterminer jusqu’au dernier survivant. À moins que la résistance ne s’organise. À moins que Jack Spark ne parvienne à unir les derniers peuples libres. Dût-il sacrifier son amour pour Sinead, et tout ce qui reste d’humain en lui. Sous les glaces de l’hiver nucléaire brûlent les dernières lueurs d’espoir, et le plus terrible des secrets.

Mon avis :

C’est avec Hiver Nucléaire que s’achève la très bonne histoire de Jack Spark. Euh … on me signale à l’oreille que la trilogie n’en est en fait pas une et qu’un quatrième tome sortira en avril en même temps que l’édition poche d’Automne traqué. Mais alors, ce n’est pas fini ? Je vous avoue que cette nouvelle m’a beaucoup étonnée, le mot « FIN » à la fin d’Hiver Nucléaire est très explicite. Il s’agit donc d’une bonne nouvelle et je serais curieuse de lire cette suite pour laquelle je n’ai aucune attente.

Mais revenons au 3eme tome du Cas Jack Spark : Hiver Nucléaire qui porte d’ailleurs très bien son titre. Souvenez-vous, nous laissions Jack et ses amis alors qu’une pluie de météorites s’abattaient sur la Terre. Ces dernières sont en fait les Xénotrons, les avaleurs de planètes, ceux qui ont crées les Fés afin qu’ils gardent les Humains en attendant leur retour censé signifier la fin du monde. Après ces chutes massives, tout s’enchaine. Obstruction de la lumière du soleil et de sa chaleur, baisses importantes de températures, pénurie alimentaire, pillages … Là dessus, pas besoin d’imaginer des envahisseurs extraterrestre pour imaginer ce qu’il se passerait en cas de bombardement météorique.  L’ambiance de ce 3eme tome est résolument apocalyptique et j’ai beaucoup apprécié cela car c’est quelque chose que j’aime retrouver dans les livres ou dans les films et qui peut-être traité de pleins de façons différente. L’approche à la fois science-fiction et réelle de Victor Dixen m’a donc beaucoup plu.

Ensuite, si j’avais trouvé Automne traqué moins entrainant au niveau de l’action, ce n’est plus du tout le cas avec Hiver Nucléaire. Il n’y absolument aucun temps mort pour le lecteur. Cette fois-ci, ce n’est pas le moment de prendre des décisions politiques mais l’heure de survire, de retrouver ceux qu’on aime et si on peut de sauver le monde. Bref, les personnages tout comme le lecteur se reposeront plus tard.

Comme dans les deux premiers tomes, j’ai aimé le fait que chaque personnage ait un rôle à jouer. Il suffirait de supprimer ne serait-ce un seul d’entre eux et tout l’équilibre de l’intrigue serait menacé. Jack est peut-être le héros de cette série mais Sinead, Josh, Ti-Jean … lui apporte le soutien nécessaire.

Voilà pour les petites choses que j’ai aimé dans ce livre mais ça serait oublié le plus gros point positif de la série à mon gout. Je parle bien entendu de la mythologie crée par Dixen. Ce dernier est parti de croyances collectives (les contes de fées) pour en arriver à une mythologie très originale et inventive là où beaucoup d’auteurs (parfois avec succès, parfois non) reprennent et/ou adapte des mythes.

Passons maintenant aux petites choses que j’ai moins aimé. Je n’ai pas été très touchés par les émois de nos héros. Peut-être que j’ai passé l’âge ou peut-être parce que j’étais plus concentrée sur l’aspect fin du monde du roman que sur cela. J’ai également trouvé que le padre Don Silva faisait un méchant un peu trop manichéen. Je n’ai rien pu faire contre mais je l’imaginais comme le méchant dans les dessins animés dont on ne voit pas le visage et qui dit tout le temps « niark niark, je serais le maître du monde ! Mouhahahahahahaha !! » Une image certes drôle mais qui m’a semblé dépareillé avec le contexte et les autres personnages, Jack étant lui-même un fé dominé par un appétit de prédateur et une envie de ne pas faire le mal.

Au final, Hiver Nucléaire pourrait très bien achever le cas Jack Spark. Certaines petites questions sont encore en suspens et on sait très bien que l’auteur ne nous a pas tout révélé en ce qui concerne les fés, leurs secrets … mais l’histoire pourrait très bien s’arrêter ici. Le cas Jack Spark est une série mêlant avec brio fantastique, sf, originalité et questions liés à l’adolescence.

D’autres avis :

Logo Livraddict

Publicités

2 réflexions sur “Victor Dixen – Hiver Nucléaire

  1. J’avais beaucoup aimé mais c’est vrai que Da Silva est très manichéen. En fait, moi, ça m’avait étonné de voir le mot fin à la fin de ce 3e tome, car j’avais toujours entendu dire que c’était une tétralogie ! Je suis donc ravie d’avoir bientôt un 4e tome des aventures de Jack et ses amis.

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s