Mathieu Gaborit – Chronique du soupir

Couverture Chronique du Soupir

 Titre : Chronique du soupir

 Auteur : Mathieu Gaborit

 Edition : Le Pré au Clerc (2011)

 Genre : Fantasy

 Quatrième de couverture :

Lilas, une naine flamboyante, a choisi, depuis la disparition de Frêne, son époux, de prendre sa retraite de Chef de la garde du palais de la Haute Fée pour ouvrir une auberge au bord de la mer, à l’endroit même ou Frêne s’est « ancré » pour l’éternité. Entourée de quelques amis et d’Errence, un elfe qui est aussi son amant, elle mène une existence un peu trop paisible à son goût.
Alors qu’elle s’interroge avec angoisse sur son devenir, son fils Saule, pourchassé par un groupe de miliciens au service de la Haute Fée, fait irruption dans l’auberge. Il serre dans ses bras une adolescente de 16 ans, Brune, qui est à l’agonie.
Après quelques heures d’hésitation, et bien que pressentant l’immense danger qui émane de façon indiscible de la personnalité de Brune, Lilas décide de les protéger envers et contre tous.

Mon avis :

Il m’est un peu difficile d’écrire cet avis tant j’ai l’impression que ce dernier est mitigé. Globalement, Chronique du soupir est une bonne surprise.  Dans le monde crée par l’auteur, les êtres vivants ont une fée à la place du cœur (en fait, voyez la couverture comme un cœur) et souffle, soupir … ont une importance capitale dans les règles de l’univers.  C’est de prime cette originalité qui caractérise ce roman.

Plus qu’un livre original, Chronique du soupir est un roman touchant et émouvant. Il n’est pas vraiment question de quête ou de guerre dans ce roman mais plus généralement de la relations que nous avons avec nos proches, de l’amour et de la tendresse que nous leur portons. Malgré le fait que l’auteur ait choisi le présent comme temps de narration, j’ai trouvé sa façon d’écrire juste et poétique.

Mais malgré ces qualités, Chronique du soupir ne m’a pas totalement charmée. A cause de son originalité, j’avoue ne pas avoir tout le temps compris l’importance du souffle, de la respiration. En effet, j’ai eu du mal à « oublier » le fait que ces derniers proviennent des poumons et non du cœur. Aussi, je n’ai pas trop compris le fonctionnement des lignes de vies et la manière dont Errence peut voyager à travers elle.

Ne voulant pas passer à côté du roman, j’ai donc choisi de me laisser porter sur l’auteur et si une partie du monde crée par l’auteur m’échappai et bien tant pis.

Dernier chose qui me laisse un gout amer. Aucun des personnages ne m’a réellement touchée. Tous sont attachants, je ne le cache pas mais en y réfléchissant, je garde très peu de souvenirs d’eux.

On pourrait croire que Chronique du soupir tend plus vers la déception que la bonne surprise en lisant cet avis. C’est probablement que je m’attendais à moi aussi être charmée par les personnages. Si l’histoire m’a touchée, c’est grâce à sa plume poétique, des dialogues vrais mais pas vraiment par  son intrigue.

D’autres avis :
Logo Livraddict

https://duljuvafrihet.files.wordpress.com/2011/12/challenge_imaginaire.jpg?w=300

Publicités

2 réflexions sur “Mathieu Gaborit – Chronique du soupir

  1. C’est dommage pour les personnages 😦 mais si tu dis que la plume est agréable et poétique, je pense que je vais tenter quand même ^^

    Bon dimanche à toi 😀

  2. C’est vrai qu’avec les avis de la toile, ça quatrième de couverture et sa belle couverture tout court je me serais attendu à lire un avis plus positif, mais bon… Visiblement ça aurait pu être pire !
    J’ai bien envie de le lire quand même 🙂

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s