Fabrice Colin – Winterheim

Couverture Winterheim, intégrale
  Titre : Winterheim

Auteur : Fabrice Colin

Edition : Pygmalion  (2012)

Genre : Fantasy

 Quatrième de couverture :

Il y a bien longtemps, les Faeders et les Dragons ont décidé de ne plus s’immiscer dans les affaires des mortels. Retirés loin de Mirgard, ils ont cependant confié à la Dame des Songes et à ses trois demi-soeurs les Ténèbres la tâche de veiller sur les humains.Aujourd’hui, dans le royaume de Walroek, le jeune forestier Janes Oelsen, dont les parents n’ont jamais pu comprendre le caractère rêveur et la juvénile impétuosité, entre en possession d’une mystérieuse carte à la suite d’un pari. Accompagné de sa fidèle chouette Flocon, il va partir pour le château maudit de Nartchreck où, à en croire les légendes, repose un fabuleux trésor… Indisponible depuis plusieurs années et réunie ici pour la première fois en un seul volume, la trilogie Winterheim demeure à ce jour l’une des oeuvres les plus complètes et les plus envoûtantes sur la mythologie nordique.

Mon avis :

Ce qui m’a donné envie de lire ce livre, c’est sa couverture que je trouve très réussie mais  surtout la dernière phrase de la quatrième de couverture. Etant une adepte des différentes mythologies anciennes, cette phrase a su piquer ma curiosité.

La mythologie nordique est ici ce que j’ai préféré, on retrouve des dieux comme Wultan, Donn’r et Hemd’l qui sont en fait Odin, Thor et Loki, les Dragons mais aussi des géants de glace  … Tout y est fait pour que les amateurs des mythes nordiques apprécient le voyage.

J’ai beaucoup aimé le début de l’histoire et la manière dont les choses se mettent en place. Fabrice Colin a une très bonne plume, sachant parfaitement mettre en place les décors et l’ambiance.  Cependant, il me semble que c’est autour de la 150eme page que l’histoire a commencé à m’échapper. Si au premier abord, les personnages de Janes ou Livia m’ont parus sympathique, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. N’étant pas du tout une adepte des histoires d’amour dans le genre « coup de foudre au premier regard et amour total pour la vie et la mort », je suis restée complètement froide face à leur histoire et je l’ai même trouvée niaise par moments. Par ailleurs, Livia a fini par me faire l’effet d’un personnage faible. Hormis pleurer/sangloter et se blottir dans les bras de Janes, je n’ai pas eu l’impression que son rôle était si important que ça. J’ai beaucoup plus apprécier Davënger, l’ami de Janes.

Aussi, les méchants de l’histoire m’ont plus impressionnés que les gentils.  J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Hemd’l et je regrette qu’il soit au final peu présent dans l’histoire. Bien que cruel et méchant, j’ai trouvé que Wultan était plus intéressant que certains gentils de l’histoire.

Enfin, il y a pas mal de facilités dans cette trilogie. Je veux dire par là que les héros rencontrent toujours les gens qu’il leur fallait rencontrer. Bref, leur destin est tracé et ils ne font que le suivre.  Il y a également quelques longueurs, notamment dans la 2eme partie du livre. Heureusement, la dernière partie avec l’ascension du Ragnarok a un rythme beaucoup plus rapide mais entre l’envie de baffer Livia et celle de remuer Janes, je ne l’ai pas autant apprécié que je l’aurais voulu.

Au final, Winterheim n’est pas le meilleur cycle de fantasy que j’ai pu lire. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, les trouvant même faibles voire passifs. Cependant, l’écriture et la mythologie remontent le niveau et font de Winterheim une petite lecture lecture agréable. A conseiller aux fans de Fabrice Colin ou aux amateurs de mythologie nordique. Ou aux fous de romantisme.

D’autres avis :

Logo Livraddict

Publicités

4 réflexions sur “Fabrice Colin – Winterheim

  1. coucou ! il est dans ma pal, et il va falloir que je m’y mette, mais j’hésite, j’ai les soeurs wilcox de Fabrice Colin aussi à lire… mais bon, comme toi, j’aime la mythologie nordique, alors je risque de craquer lol ! et puis moi, je suis une incorrigible romantique….mdr

  2. Aïe, j’avais le coup de foudre pour la couverture et la mention du folklore nordique comme toi mais la mention de “coup de foudre au premier regard et amour total pour la vie et la mort” me fait un peu grincer des dents. Je ne suis pas adepte d’histoires d’amour et j’aime quand elles sont un minimum « réalistes » et quand elles ne dévorent pas toute la trame…

    Bon, avec ta chronique, je suis au moins prévenue et si la mythologie est au moins bien présente, peut-être que je le rajouterai dans ma PAL un jour?
    Merci en tous cas pour cette chronique!

  3. Pingback: Fabrice Colin – Winterheim, l’intégrale « Chez Iluze

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s