Myra Eljundir – Kaleb

 Auteur : Myra Ejundir

 Série : Kaleb, saison 1

 Edition : Robert Laffont (R)

 Genre : Fantastique, YA

jadore

 

 Quatrième de couverture :

À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller?

Mon avis :

Depuis sa création, la collection R a beaucoup fait parler d’elle et même si je ne suis pas une grande fana de la littérature « jeune adulte », je n’ai pas échappée à cette énorme médiatisation. Toutefois, je suis du genre à me méfier quand je ne vois quasiment que des avis très positifs sur un livre, or Kaleb a attiré très vite mon attention. De par son résumé d’abord et par ses critiques mitigés. Certains ont adoré, d’autres n’ont pas aimé et l’ont trouvé dégradant pour la femme et malsain. J’étais donc très curieuse de savoir de quel côté du spectre mon avis se placerait.

Dans ce premier tome, la narration s’alterne entre trois personnages principaux bien que deux autres s’immiscent de temps en temps. En premier lieu, nous faisons la connaissance de Kaleb Helgusson, un jeune homme de 19 ans qui se découvre capable de connaître et d’influencer les émotions des gens. Ce don lui donne des ailes et lui fait peur à la fois. Sachez que la quatrième de couverture n’est pas tout à fait fiable en ce qui concerne la pyschologie de Kaleb. Certes, il manipulera ses proches et fera des choses horribles mais ça ne l’empêchera pas de se poser des questions voire de regretter. Personnellement, j’ai beaucoup aimé Kaleb, ses peurs, ses doutes ou encore sa détermination.
Le deuxième personnage que nous rencontrons est le Colonel, membre très important de Sentinel – un groupe qui traque les personnes comme Kaleb. Ce personnage fait figure de méchant de l’histoire. Certes, sa façon de faire le Bien en faisant le Mal (torture physique ou psychologique) est très caricaturale mais est-on vraiment sûr que le Colonel agit pour le Bien ? C’est du moins ce qu’il pense. Le Colonel est également un de ses personnages qu’on adore détester.
Vient enfin l’assistante du colonel. Celle-ci est partagé entre plusieurs émotions : l’envie de se faire bien voir du Colonel et le doute quant au besoin de leur mission. C’est un personnage prometteur que j’ai apprécié même si j’ai deviné une certaine chose à son sujet un peu à l’avance.

La mythologie crée par l’auteur est originale et inventive. Dans cette saga, ce sont les EDV qui sont au centre du roman. Ces Enfants Du Volcan ont hérités d’un pouvoir islandais millénaire et leur pouvoir peut-être assez variés : empathe ou encore don de guérison et bien d’autres …

Quant au style d’écriture, j’ai été un peu déroutée par la narration au présent mais cette impression n’a pas duré. Au final, Kaleb est écrit avec un style sans fioritures, allant à l’essentiel et souvent brut. Par ailleurs, les sentiments ou les émotions sont très bien décrits.

En commençant ce roman, je ne savais pas du tout comment j’allais réagir. Après sa lecture, je peux vous dire que je fais partie des lecteurs qui ont adoré. Oui, je savais que ce livre était différent des autres livres dit « jeunesse » mais comme j’aime les romans noirs qui ne montrent pas que les bons côtés de l’humain, j’étais préparé à Kaleb. Car, oui, Kaleb est un livre malsain, ce n’est pas un livre dégoulinant de bons sentiments et des sentiments tels que l’espoir ou le bonheur sont plutôt rares. Toutefois, un livre malsain n’est pas forcément mauvais, bien au contraire.

Par ailleurs, ce livre a été décrit comme misogyne par plusieurs lecteurs. Il est vrai que le personnage de Lucille est traitée d’une façon bien brutale par Kaleb. J’ai aussi trouvé Lucille plutôt faible et antipathique. Mais le fait qu’UN personne féminin soit en effet dégradé rend-il Kaleb misogyne ? Je ne pense pas et comme dit au début du roman, Kaleb est un coureur de jupon qui aime passionnément les femmes. Un homme est-il misogyne parce qu’il aime beaucoup les femmes ? Si la réponse est oui, je laisse les féministes à leur combat. 😀

Pour moi, la relation entre Kaleb et Lucille est un dommage collatéral tout comme Lucille est une victime des dons de Kaleb. Dans la littérature, les relations entre les hommes et les femmes ne donnent pas seulement de belles histoires mais amènent parfois sur des relations mêlant désir et destruction.  De plus, je suis entièrement d’accord avec Reveline lorsqu’elle dit à propos de ce livre : « Misogyne ? A mes yeux, pas vraiment, en tout cas moins que la plupart des romances paranormales qui m’insupportent tant où l’héroïne est une pauvre petite chose fragile qui a besoin d’un gros mâle musclé pour la protéger ou qui devient un objet sexuel pour un vampire (ou autre) ou qui saute dans le lit de tout ce qui porte un pantalon… »

Au final, je pense que si ce livre n’a pas été autant apprécié que d’autres livres de la même collection, c’est parce qu’il prend des risques. L’auteur a choisi quelque chose de sombre, de dérangeant au lieu de choisir ce quelque chose de plus politiquement correct. Pour ma part, j’ai adhéré au portrait d’anti-héros de Kaleb, à la mythologie, au rythme qui commence doucement et qui croit au fur et à mesure que les pages tournent. Je ne savais pas à quoi m’attendre et c’est une totale réussite pour moi. Bien évidemment, je signe pour la suie qui s’annonce entre plus sombre et désespérée.

D’autres avis :

Logo Livraddict

Publicités

5 réflexions sur “Myra Eljundir – Kaleb

  1. Il est dans ma PAL depuis plusieurs semaines et je voulais le lire très vite mais les « rentrées littéraires » sont arrivés…. Ton beau billet ne fait que me faire bouillir encore + d’impatience !

  2. J’étais super enthousiaste à propos de ce titre. Puis j’ai vu les avis mitigés se multipliaient et je n’avais plus envie de le découvrir. Mais ce que tu dis me rassure un peu. Je vais peut-être me lancer finalement :).

  3. Ah! Je suis très contente que tu aies aimé ce roman. Ton billet résume la pensée à merveille et je suis d’accord sur ce que tu dis sur Lucille. Pour moi, elle fait son propre malheur en s’accrochant de la sorte. J’adore ta phrase : ce n’est pas parce qu’un livre est malsain qu’il est forcément mauvais. Entièrement d’accord avec ça aussi. Vivement le tome 2 !

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s