Où un paon blanc et un paon bleu ont les hormones qui les travaillent

8246233

J’inaugure ici une nouvelle « catégorie » sur le blog. Rien de bien innovant, j’ai juste constaté que si mon envie de lire était bien revenue, j’ai encore beaucoup de mal à me poser pour écrire une chronique après. Pourtant, j’ai envie de partager et de faire découvrir mes lectures, sinon je ne serais pas là et j’ai aussi envie de garder une trace de ses lectures. Alors, je me suis dit pourquoi ne pas justement écrire des articles du type point lecture ou bulletin lecture comme on peut en trouver sur les chaines de booktubers. Je pourrais donc parler plus ou moins longuement de mes lectures (sans la pression d’une chronique en bonne forme) mais aussi des livres achetés et repérés. Et qui sait, peut-être le fait de tenir ce « journal » me redonnera la motivation pour revenir aux critiques. Je ne donne pas de nom particulier à cette catégories (pour des raisons d’indexage, je vais l’appeler Bulletin lecture mais c’est uniquement pour classer les articles dans une catégorie. Chaque nouvel article aura un titre différent. 🙂

On va commencer donc par les livres qui ont rejoins ma PAL ce mois-ci. Je suis assez contente de moi, ça fait plusieurs mois que j’ai vaincu mon impulsivité d’achats livresque. Toutefois, je continue à me faire plaisir en achetant quelques livres et même si le temps où ma PAL prenait +15 en un mois est fini (en tout cas, je pense ^^), celle-ci ne redescendra jamais en dessous des 50. 😀

Du polar donc avec Mademoiselle Chance d’Eric Cherrière qui avait aussi écrit Je ne vous aime pas, polar très brut et noir que j’avais adoré même si j’avais presque besoin d’une lecture bisounours après, de l’aventure historique avec La ville des voleurs (dont je vais parler plus bas) écrit par David Benioff, l’un des deux créateurs de Game of Thrones, de l’urban fantasy qui a l’air de dépoter et enfin de la dystopie avec Le passeur.

D’ailleurs, son adaptation The Giver sort au cinéma le 27 aout prochain. Je m’arrangerais donc pour le lire un ou deux mois avant, histoire d’avoir l’histoire en tête mais pas trop. Le film est réalisé par Philip Noyce et on y retrouvera Brenton Thwaites, Jeff Bridges, Katie Holmes, Taylor Swift, Alexander Skarsgård (grraou !!) et Meryl Streep. Je vous laisse regarder le trailer, j’attendrais d’avoir lu le livre pour la voir.

Il y a aussi eu les livres qui ont attirés mon attention plus que d’autres. Parfois pour leur titre, leur couverture mais aussi pour les avis éclairés de blogolecteurs.

L’évangile cannibale de Fabien Clavel. Pourquoi ? Le titre m’avait interpelé, la chronique de Sita m’a convaincue, parce que ça parle de zombies d’une manière qui a l’air assez originale.

Les compagnons du chaos de Luke Scull. Pourquoi ? Parce qu’en commençant sa chronique par « Voilà l’histoire d’une bande de bras cassés, embringuée dans une aventure incroyable pleine de fureur et de rebondissements. », Phooka avait déja toute mon attention. J’aime la fantasy mais j’aime encore plus les personnages plus anti-héros qu’héros.

Notre dame des loups d’Adrien Tomas. Pourquoi ? Parce que sur son suivi lecture, Joyeux Drille l’a décrit comme  » une sorte de western fantastique et horrifique et parce que j’aime beaucoup cette couverture.

 

Allez, maintenant que le plus facile est fait, je vais vous parler de mes deux dernières lectures.

L’éternéant est le premier roman de la trilogie des Illumières. De Neal Shusterman, j’ai déjà lu Les fragmentés que j’avais déjà aimé. Pour attendre la sortie poche du 2ème tome ou une occasion, j’ai décidé de commencer une autre trilogie de l’auteur. Après avoir exploré le thème de l’avortement ou plutôt de l’avortement rétroactif, l’auteur s’attaque au thème de la mort et de l’au-delà. Suite à un accident de la route mortel, Nick et Allie se retrouve dans l’Eternéant, entre-monde où se perde les enfants avant d’arriver à la lumière blanche. Dans cet Eternéant, les enfants s’enfoncent dans la Terre et le monde vivant semble bien gris. D’ailleurs, je trouve que l’auteur a très bien pensé son Eternéant. Enfin, grâce à la personnalité des deux héros, j’ai accroché de suite à l’univers et à l’intrigue. Au final, ce livre m’aura accompagné le temps d’un dimanche. Bon par contre, quand je dévore un livre, j’ai plus de mal à me souvenir des personnages, de l’intrigue alors que je me souviens très bien de mon ressenti. Ma mémoire de poisson rouge, que voulez-vous ? ^^Mais savoir que Neal Shusterman fait partie des auteurs à suivre est suffisant.

 

 

Saint-Pétersbourg, nous faisons la connaissance de Lev et de Kolya, condamnés à mort pour vol et désertion. Un colonel de l’Armée Rouge leur propose de les épargner s’ils arrivent à rapporter d’ici 5 jours, 12 oeufs pour le gateau de mariage de sa fille. 12 œufs, ça semble pas insurmontable comme mission, suffit d’aller sur le marché, non ? Sauf qu’on est au début de l’année 1941 et que Piter est sous le siège allemand depuis des mois et que tout le monde a faim. Il est bien gentil ce colonel mais sa mission, ça relève plus de la mission impossible qu’une commission. Nos deux compères ont donc 5 jours pour trouver ces satanés oeufs. Je vous le dit tout de suite, je suis tombée sous le charme de Kolya. Il est dragueur, coureur de jupon, drôle même quand la situation voudrait qu’il ne dise rien mais aussi plutôt érudit. Je me suis aussi attaché à Lev avec son côté plus réservé. Oscillant entre l’aventure, la comédie et le tragique, La ville des voleurs s’inspirerait d’une histoire vraie vécue par le grand-père de l’auteur. Histoire vraie ou pas, on imagine très bien cette histoire au cinéma tant l’écriture de Benioff est visuelle.

 

 

 

C’est donc terminé pour ce point lecture. Je vous laisse avec un peu de musique ou les deux titres que j’ai le plus écoutés cette semaine :


Publicités

5 réflexions sur “Où un paon blanc et un paon bleu ont les hormones qui les travaillent

  1. Le Adrien Tomas me tente aussi beaucoup. J’avais pas perçu la dimension western au départ, c’est grâce à l’avis de Xapur que j’ai réalisé. Mais à 17€ pour sa taille je le classe hors budget pour moi… J’espère un poche un jour. 🙂
    Et je te confirme que Magie Brute ça dépote sévère, j’ai pris mon pied avec cette lecture ^^

    • Pour le Adrien Tomas, je vais soit attendre la sortie poche (chez Hélios avec un peu de chance) ou de le trouver en occasion. Comme toi, je trouve que ça fait cher 17 euros pour 150 pages … ^^ Mais pour patienter, j’ai la Geste du 6ème royaume dans ma PAL. 🙂

  2. C’est bien ces billets informels, d’ailleurs j’ai remarqué que ça se faisait de plus en plus sur la blogo.

    Depuis le temps que Le Passeur est sur ma liste de livres-à-lire-un-jour, je me demande si je ne vais pas profiter du prétexte de l’adaptation pour le lire avant d’aller voir le film (et non, ce n’est pas du tout parce qu’Alex Skarsgard joue dedans 😀 ).

    Et j’adore Sotlen Dance 🙂

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s