Emma Donoghue – Room

Quatrième de couverture :

Sur le point de fêter ses cinq ans, Jack a les préoccupations des petits garçons de son âge. Ou presque. Il ne pense qu’à jouer et à essayer de comprendre le monde qui l’entoure, comptant sur sa mère pour répondre à toutes ses questions.
Cette mère occupe dans sa vie une place immense, d’autant plus qu’il habite seul avec elle dans une pièce unique, depuis sa naissance. Il y a bien les visites du Grand Méchant Nick, mais Ma fait tout pour éviter à Jack le moindre contact avec ce personnage. Jusqu’au jour où elle réalise que l’enfant grandit, et qu’elle ne va pouvoir continuer longtemps à entretenir l’illusion d’une vie ordinaire. Elle va alors tout risquer pour permettre à Jack de s’enfuir. Mais l’enfant va-t-il réussir à trouver des repères loin de leur univers ? Quel accueil lui réservera le monde extérieur, lui l’enfant né de la captivité d’une femme ?

 

Mon avis :

tresbonnelecture

Une PAL peut-être gérée de plusieurs façons. On peut acheter des livres qui nous fallait vraiment sur le moment et  susciter l’incompréhension quand 3 ans plus tard on n’a toujours pas lu les livres en question et parfois, on peut parfois parler d’opportunisme, de marketing de la lecture. 😛 Ainsi, si vous lisez cette chronique avant la fin du mois, vous avez le temps de vous procurer un exemplaire de ce roman, de le lire et d’aller voir son adaptation à partir du 9 mars tout en ayant un bon souvenir de l’histoire. 😉

Au premier abord, le style d’écriture peut dérouter car l’histoire est racontée du point de vue de Jack, 5 ans. J’étais curieuse de connaitre certains termes originaux, ainsi « Bed » devient « Monsieur Lit » ou « Duvet » devient « Madame Couette », et je n’ai pas trouvé de terme anglais spécifique pour « Doudou-Lait » (mais je n’ai lu que l’aperçu disponible en ligne). Je trouve donc que le choix de mots comme « Monsieur Lit » de la traduction accentue le côté enfantin de la narration.

La première partie nous amène à faire connaissance avec Jack et sa mère dans leur Chambre, un espace d’environ 9m2 qui constitue le seul univers que Jack connait (sa mère ayant fait le choix de lui dire que cette pièce est tout ce qui existe et que ce qu’il voit à la TV n’existe pas pour de vrai). Toutefois, Jack grandit et se pose de plus en plus de questions sur son univers. Dans la seconde partie, après leur évasion, Jack et sa mère vont devoir se (ré)adapter au monde extérieur bien plus complexe et imprévisible qu’une pièce immuable. Personnellement, si j’ai apprécié la première partie, je lui ai préféré la seconde.

Avec Room, Emma Donoghue signe un très bon roman sur l’enfance. J’ai trouvé que la psychologie de l’enfant était plutôt bien retranscrite, ce qui ne doit pas être facile à écrire une fois adulte. Pour être honnête, j’ai souvent trouvé Jack agaçant mais c’est vite oublier que les enfants ont une vision particulière, qu’ils voient les choses de leur hauteur sans prendre un point de vue global, qu’ils ne comprennent pas l’ironie, etc … et comment les choses peuvent leur paraître étranges. ^^ La relation mère-enfant tient également une place énorme dans le roman. Bien que ce soit Jack qui raconte l’histoire, on sent l’amour que lui porte sa mère mais aussi son agacement par moment. Sur la quatrième de couverture, Emma Donoghue écrit « …tout comme les enfants passent leur temps à illuminer notre vie et à nous rendre fous », c’est ce qu’on ressent à la lecture de ce livre : un mélange d’attachement et d’agacement vis à vis de Jack.

Pour rappel, le film Room sort le 9 mars et le film est nommé aux Oscar 2016 pour les catégories Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur actrice (Brie Larson), Meilleur scénario adapté (Emma Donoghue a écrit le scénario du film).

 

D’autres avis :

Logo Livraddict

Publicités

5 réflexions sur “Emma Donoghue – Room

  1. Aaaah je me disais bien aussi que le titre de ce livre me parlait !!! J’ai vu la bande annonce du film et ça me donne vraiment envie de le voir. D’ailleurs, c’est une histoire qui me parle, je crois qu’il y avait eu une affaire comme ça ces dernières qui avait choqué tout le monde. Une jeune femme qui avait été enlevée étant enfant et qui a réussi à s’enfuir je ne sais combien d’années après.
    C’est atroce !
    Bref, Bises ! ^^

    • Je ne sais plus exactement de quels fait divers l’auteure s’est inspirée mais j’ai lu que l’histoire de Natasha Kampush (pas sûre de la bonne orthographe) en faisait partie. Merci de ton passage 🙂

  2. Un de mes profs d’anglais encensait ce livre et je l’ai acheté, intriguée, mais je n’y ai pas touché depuis, en fait… Ta critique me motivera peut-être bien que je l’ai en anglais (je chercherai « Doudou-lait » xD ).
    Je m’accrocherai et résisterai au côté agaçant (sauf si c’est à la David Copperfield : il est naïf mais il fait surtout pitié, là, ça passe mieux, donc je verrai pour Jack…). Par contre, j’avais entendu parler de l’adaptation mais sans m’y pencher plus que ça… Je lirai le roman avant de le voir par contre.

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s