Ruta Sepetys – Le sel de nos larmes

 

Quatrième de couverture :

Hiver 1945. Quatre adolescents. Quatre destinées.
Chacun né dans un pays différent. Chacun traqué et hanté par sa propre guerre.
Parmi les milliers de réfugiés fuyant à pied vers la côte devant l’avancée des troupes soviétiques, quatre adolescents sont réunis par le destin pour affronter le froid, la faim, la peur, les bombes… Tous partagent un même but : embarquer sur le Wilhem Gustloff, un énorme navire promesse de liberté…

Mon avis :

Il y a 3 ans, Ruta Supetys m’avait happée avec Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre, une lecture émouvante et éprouvante mais indispensable. En attendant la sortie  de son adaptation cinématographique Ashes in the snow (le tournage a débuté début 2016), je me suis procurée son dernier roman Le sel de nos larmes.

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre avait pour contexte la déportation de Lina, sa mère et son petit frère dans un goulag staliniens en 1941. Le sel de nos larmes débute en janvier 1945 au moment où l’Armée Rouge progresse vers l’Ouest entrainant un exode massif de civils allemands, baltes, polonais, etc … pris en étau.

Parmi ces réfugiés, on retrouve Joana la cousine de Lina mais aussi Emilia, une jeune polonaise et deux jeunes allemands Florian et Alfred. Les points de vues s’enchainent et les chapitres sont assez court permettant un rythme de lecture assez rapide. Tous les personnages ont leur histoire, leur caractère et on s’attache à tous sauf à Alfred. Pour lui, j’ai oscillé entre la pitié et le mépris. Mais je pense que c’est un bon exemple de l’effet de la propagande nazie sur les gens.

En cours de route, nos quatre narrateurs rencontreront d’autres personnes dont un duo marquant : le Poète et le Petit Garçon Perdu.

Globalement, la lecture du Sel de nos larmes m’a été moins difficile que Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre mais elle n’a pas pour autant été facile loin de là. Aux conditions météorologiques difficiles, s’ajoute l’effort de la marche, la faim, le danger de l’Armée Rouge, les souvenirs de 5 ans de guerre et un avenir plus qu’incertain.

La dernière « partie » est basée sur la catastrophe maritime la plus importante de l’Histoire : le naufrage du Wilhem Gustloff, un évènement bien trop peu connu pour la simple raison que le public a appris pour la Shoah au même moment et la mort de millions de juifs a éclipsé la mort de milliers de civils. D’un côté, on pourra dire que le naufrage du paquebot n’est qu’une goutte dans l’océan parmi tant d’autres mais d’un autre côté, un océan commence toujours par une goutte d’eau. Loin de moi l’idée de minimiser la Shoah (en aucun cas !) mais toutes les victimes des guerres (qu’elles soient prisonniers politiques, juifs, homosexuels, handicapés, tsiganes, intellectuels, civils, soldats  etc … ) méritent de faire partie de notre devoir de mémoire.

Si l’ensemble du livre avait été aussi éprouvant que cette dernière partie, nul doute que ma lecture aurait été très difficile.

Pour conclure, je vous conseille vraiment cette lecture. Ici encore, Ruta Sepetys a réussi son travail de documentation et nous offre un roman marquant et qui nous fait aussi réfléchir sur la situation des réfugiés peu importe l’époque et leur origine.

D’autres avis :

Logo Livraddict

Publicités

3 réflexions sur “Ruta Sepetys – Le sel de nos larmes

  1. J’ai très envie de lire ce livre mais je vais d’abord lire ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre que je n’ai pas encore lu ! 🙂

  2. J’adore ce que fait Ruta Sepetys et avec Le Sel de nos larmes, elle a encore une fois fait mouche. Je trouve qu’elle œuvre merveilleusement pour le devoir de mémoire !
    Son prochain roman devrait évoquer la guerre civile espagnole, j’ai hâte de le découvrir.

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s