Jonas Jonasson – Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

  Titre VF : Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

  Titre VO : Hundraåringen som klev ut genom fönstret (och försvann)

  Auteur : Jonas Jonasson

  Edition : Pocket 2012

   Genre : Road-Policier, Humour

tresbonnelecture

  Quatrième de couverture :

Le jour de ses cent ans, alors que tous les notables de la ville l’attendent pour célébrer l’événement, Allan Karlsson s’échappe par la fenêtre de sa maison de retraite quelques minutes avant le début de la fête organisée en son honneur. Ses plus belles charentaises aux pieds, le vieillard se rend à la gare routière, où il dérobe une valise dans l’espoir qu’elle contienne une paire de chaussures. Mais le bagage recèle un bien plus précieux chargement, et voilà comment Allan se retrouve poursuivi par la police et par une bande de malfrats… Commence alors son incroyable cavale à travers la Suède, mais aussi, pour le lecteur, un étonnant voyage au coeur du XXe siècle, au fil des événements majeurs auxquels le centenaire Allan Karlsson, génie des explosifs, a été mêlé par une succession de hasards souvent indépendants de sa volonté.

Lire la suite

Jo Nesbo – Chasseurs de têtes

 Titre VF : Chasseurs de têtes

 Titre VO : Hodejegerne

 Auteur : Jo Nesbo

 Editeur : Folio (2011)

 Genre : Thriller

Quatrième de couverture :

« Roger Brown le répète à qui veut l’entendre : il est le meilleur chasseur de têtes de toute la Norvège. Pas un collègue ne lui arrive à la cheville, et quand il décroche son téléphone, tous les DRH du pays ont le doigt sur la couture. Mais il faut toujours se méfier des apparences, même au sommet de la société. Roger Brown vit au-dessus de ses moyens : sa villa est trop grande et sa femme bien trop belle. Sans parler de la galerie d’art de cette dernière qui engloutit toutes ses finances. Il n’a donc pas le choix : alors que ses richissimes clients sont convoqués à des rendez-vous professionnels qu’il a lui-même mis sur pied, il en profite pour s’introduire chez eux et leur voler leurs oeuvres d’art. Un jour, le candidat parfait se présente : le Néerlandais Clas Greve. Ancien militaire spécialiste de la technologie GPS, il possède le profil idéal, ainsi qu’un Rubens. Si Roger Brown réussit à mettre la main sur ce tableau, ses problèmes financiers seront réglés. Et son épouse sera sienne pour toujours… Mais Roger va bien vite comprendre que, dans cette histoire, tout le monde veut quelque chose, et que personne n’a rien gratuitement. Pas sans tuer… La chasse aux têtes est ouverte ! »

Lire la suite

Jens Lapidus – Stockholm Noir : l’argent facile

https://i2.wp.com/www.livraddict.com/biblio/couverture/couv49780431.jpg

  Mon avis :

Il s’agit du premier tome d’une trilogie. Ne soyez pas effrayés par le nombre de pages (700 dans la version poche), ce polar mérite d’être lu. L’écriture de Jens Lapidus est parfois atypique : phrases courtes, tranchantes, sans verbe. mais ce premier tome est avant tout une passionnante incursion dans le milieu du crime organisé et de la cocaine  à Stockholm

Ainsi, nous suivons 3 personnages. JW, jeune étudiant issu de la classe moyenne et rêvant de se faire une place parmi les gens de la haute et trouver ce qui est arrivé à sa soeur disparue, Jorge – un jeune détenu parvenu à s’évader et qui compte bien se venger de ceux qui l’ont abandonné pendant le tribunal – et enfin Mrado, mafioso serbe – montagne de muscles très portée sur la violence – qui souhaite récupérer la garde de sa fille. Tous ces personnages possèdent beaucoup de défauts et peuvent paraître mauvais, pourtant ils sont avant tout humains et parfois attachants (surtout Jorge et JW)

Par ailleurs, la police ou tout autre réprésentant de la loi a très peu de place dans ce livre si ce n’est que quelques rapports de tribunal, d’enquête. En tant qu’avocat, Jens Lapidus a défendu les criminels les plus célèbres de Stockholm et ça se voit. L’histoire n’en est que plus réaliste.

Ne vous attendez pas non plus à un thriller haletant avec des courses poursuites. Il s’agit surtout du portrait noir d’une ville pas si paradisiaque que ça et de certains de ces habitants. Toutefois, on tourne les pages avec l’envie de connaître le sort réservé à ses personnages.

Jo Nesbo – L’homme chauve-souris

https://i0.wp.com/www.livraddict.com/biblio/couverture/couv27280317.jpg

Mon avis :

Il est vrai qu’inaugurer le challenge Viking Lit’ avec un livre se passant en Australie peut paraitre bizarre, mais c’est écrit et raconté par un norvégien et c’est ce qui compte dans ce challenge.

Parce qu’une vedette de la télévision norvégienne est assassinée puis jetée d’une falaise à Sydney, les supérieurs d’Harry Hole envoie ce dernier sur place pour une visite diplomatique et comme observateur de l’enquête en cours. Cependant, comme on s’en doute, Harry va autant enquêter sur l’affaire que ses confrères australiens et ce qui aurait pu être un assassinat isolé parmi tant d’autres n’est qu’une partie de l’oeuvre d’un serial killer.

L’homme chauve-souris inaugure les enquêtes d’Harry Hole, le détective de Jo Nesbo. Je ne pense pas représenter encore une fois Harry mais sachez qu’il collectionne toutes les caractéristiques du flic solitaire et désabusé.

A ce jour, j’ai lu 4 enquêtes d’Harry Hole et L’homme chauve-souris est probablement celle qui m’a le moins plue.

On apprend beaucoup de choses sur l’Australie et sur les aborigènes (leurs légendes …), on y apprend également la genèse d’Harry Hole, de comment il en est arrivé à devenir ce flic solitaire alcoolique, sans vie.

Néanmmoins, j’ai trouvé que ce livre faisait plus roman de balade dans Sydney pour âmes éplorées que polar et si j’ai beaucoup accroché dans les deux premiers tiers, j’avoue en avoir eu marre vers la fin et j’avais la volonté de vite passer à autre chose.

Stefan Mani – Noir Ocean

https://i1.wp.com/www.livraddict.com/biblio/couverture/couv26828866.jpg

 Quatrième de couverture :

« De lourds nuages noirs s’amoncellent dans le ciel zébré d’éclairs au moment où le Per se quitte le port de Grundartangi en Islande en direction du Surinam. À son bord, neuf membres d’équipage qui, tous, semblent avoir emporté dans leurs bagages des secrets peu reluisants.
Ceux qui ont entendu dire que la compagnie de fret allait les licencier et qu’il s’agit là de leur dernier voyage sont bien décidés à prendre les choses en main, une fois que la météo sera plus favorable. La mutinerie n’est pas loin et, très vite, l’atmosphère se charge de suspicion, de menaces et d’hostilité.
Quand les communications sont coupées par l’un des membres de l’équipage – mais lequel ? –, la folie prend peu à peu le contrôle du bateau qui n’en finit pas de dériver vers des mers toujours plus froides et inhospitalières… »

Lire la suite

Anna Grue – Je ne porte pas mon nom

https://i2.wp.com/www.decitre.fr/gi/67/9782847201567FS.gif

Quatrième de couverture :

« Le commissaire Flemming Torp dîne chez ses amis Marianne et Dan Sommerdahl, dans une confortable villa de Christianssund, ville prospère du Danemark. Dan est en arrêt maladie pour dépression : son poste de directeur artistique dans une agence publicitaire lui a procuré un certain confort matériel mais l’a écoeuré. A quarante ans, il doute de ses choix. Rien de tel que la fréquentation d’un commissaire de police pour ouvrir son horizon ! Une femme de ménage est assassinée dans les locaux même de son agence de pub. Voilà Dan sur les talons de Flemming Torp à démêler réseaux de prostitution et pseudo-oeuvres sociales d’aide aux clandestins. Le quadragénaire se prend au jeu et reprend du poil de la bête. Quelle est la différence entre un publicitaire dépressif et un « Détective chauve » ? Le premier bichonne son Audi A6 quand le second batifole avec son chien. »

Lire la suite

Arnaldur Indridason – La cité des jarres

https://i0.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/3/2/9782757800232.jpg


Résumé  :

Le cadavre d’un viel homme est retrouvé chez lui. Pour l’inspecteur Erlendur, il s’agit d’un crime typiquement islandais, soit bête et méchant et qui fait perdre son temps à la police.Pourtant, l’affaire semble plus compliquée qu’il n’y parait. C’est d’abord la présence d’un message incompréhensible laissé sur le cadavre ainsi que d’une vieille photo de la pierre tombale d’une petite fille morte 40 ans plus tôt. Ces découvertes vont amener la police sur une histoire ancienne de viol qui vont amener Erlendur à chercher du côté du passé de l’homme assasiné pour résoudre l’enquête.

Lire la suite

Jo Nesbo – Le bonhomme de neige

https://i1.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/7/8/9/9782070427987.jpg 


Quatrième de couverture :


« Oslo, novembre 2004, la première neige tombe sur la ville. Dans le jardin familial des Becker, un bonhomme de neige fait irruption, comme sorti de nulle part. Le jeune fils remarque qu’il est tourné vers la maison et que ses grands yeux noirs regardent fixement leurs fenêtres. Dans la nuit, Birte, la mère, disparaît, laissant pour seule trace son écharpe rose, retrouvée autour du cou du bonhomme de neige. Dans le même temps, l’inspecteur Harry Hole reçoit une lettre signée « le bonhomme de neige » qui lui annonce d’autres victimes. Plongeant son nez dans les dossiers de la police, Harry met en lumière une vague de disparitions parmi les femmes mariées et mères de famille de Norvège. Toutes n’ont plus donné signe de vie le jour de la première neige. D’une sobriété étonnante, Harry Hole va se retrouver confronté, pour la première fois de sa carrière, à un tueur en série agissant sur le territoire norvégien et qui le conduira jusqu’au gouffre de sa folie »


Lire la suite

Jon Hallur Stefansson – Brouillages

 

Quatrième de couverture :

« À Reykjavík, des couples coulent, des cadavres remontent à la surface. Björn, un architecte prospère et bien sous tous rapports, découche de plus en plus souvent… jusqu’au matin où il ne revient plus. Le flic chargé de l’enquête, brisé par un chagrin d’amour, a les nerfs à vif.

Il n’est pas le seul. Dans l’entourage de Björn – des gens très ordinaires : pas un moins dérangé que l’autre – tous s’entre-déchirent et chacun se consume, d’angoisse, de fantasmes, de rancune. »


Mon avis :

tresbonnelecture

Premier roman de l’auteur que les critiques littéraires qualifient de digne héritier d’Indridason, Brouillages de Jón Hallur STEFÁNSSON est une réussite. Je ne connaissais pas le polar islandais, mais si celui-ci est à l’image de Brouillages, je pense que c’est un « genre » qui va beaucoup me plaire.

Après avoir lu Pete Dexter et sa fresque des habitants du quartier de God’s Pocket, je m’attendais à un roman policier un peu plus classique et bien que nenni. Encore une fois, il s’agit de portraits de vies, mais cette fois-ci à à Reykjavík.

Parmi les personnages de cette histoire, on trouve : Valdimir, flic à la dérive,  chargé de l’enquête de l’accident qui a causé le coma de Björn -l’architecte pas trop fidèle et surtout à la tête d’un cabinet d’architecture aux affaires fructueuses – Marteen, le fils de Björn qui tente de sauver sa famille du désastre, Sunneva – maitresse de Bjorn et responsable malgré elle de toute cette tension. Il y aussi plein d’autres personnages et même s’il est parfois difficile de s’y retrouver – la faute aux prénoms islandais dont on n’a pas l’habitude – ils sont tous attachants sans exception. Il y aussi ce fameux tueur à gage : « le garçon de porcelaine », le seul à ne pas ressentir la passion jusqu’au jour où …

Enfin, l’histoire se déroule durant un temps plutôt court, du vendredi au mardi. Et pendant ce temps, nous découvrons et vivons avec chacun des personnages qui nous racontent leur ressentis, leurs joies, leurs peines …mais aussi des moments passés qui ont fait ce qu’ils étaient aujourd’hui.

En définitive, voici un livre que je conseille à tous les amateurs de polars scandinaves et par extension à tous les amateurs d’histoires où les personnages sont en crise mais tentent malgré tout de relever la barre.