Scott Westerfeld – V-Virus

https://i2.wp.com/www.livraddict.com/biblio/couverture/couv1104997.jpg

Titre VF : V-Virus

 Titre VO : Peeps

 Auteur : Scott Westerfeld

 Edition : Milan (2007)

 Genre : Jeunesse, Fantastique

 

Quatrième de couverture :

« Avant de rencontrer Morgane, Cal était un étudiant new-yorkais tout à fait ordinaire. Il aimait la fête et les bars, la vie insouciante du campus. Il aura suffi d’une seule nuit d’amour, la première, pour que sa vie bascule. Désormais, Cal est porteur sain d’une étrange maladie. Ceux qui en sont atteints ne supportent plus la lumière du jour, fuient ceux qu’ils ont aimés et ont une fâcheuse tendance à se repaître de sang humain. Des vampires d’un genre nouveau… »

Mon avis :

Je souhaitais déjà découvrir Scott Westerfeld depuis un petit moment et quand j’ai aperçu Uglies à la médiathèque, j’ai emprunté … V-Virus qui était juste à côté. C’est peut-être le fait que le livre parle de vampires qui m’a fait changer d’avis à la dernière seconde … ou c’est peut-être un des mystères du syndrome du bookaholic.

Syndrome que je peux toutefois remercier car j’ai trouvé cette lecture très sympa.

Dans ce roman original, le vampire est appellé « peeps » (titre en VO, d’ailleurs) ce qui veut dire qu’il est positif au parasite. Et c’est en celà que Scott Westerfeld a eu une idée originale : celle d’attribuer le vampirisme à un parasite, de la même nature que des milliers d’autres parasites réels.

Ainsi, l’héros de cette histoire est un jeune homme de 19 ans, Cal qui a été contaminé par le parasite il y a environ 1 an. Par chance, c’est un porteur sain : il peut supporter la lumière du jour et n’a pas des poussées de cannibalisme mais il ne mange que de la viande, a des sens très développés, une force surhumaine et probablement quelques centaines d’années devant lui. Tout ça pourrait annoncer un beau programme pour Cal, mais non, car il doit pourchasser chacune de ses ex à qui il aurait pu transmettre le parasite et doit éviter toute relation amoureuse. L’intrigue est portée par un autre personnage : Lacey, une étudiante en journalisme qui se liera d’amitié avec Cal. Les deux personnages sont attachants mais j’avoue qu’au départ, j’avais un peu de mal avec Lacey car j’avais peur que ce ne soit qu’une fouineuse ^^

Une autre particularité de ce roman, c’est qu’entre plusieurs chapitres de l’intrigue, il contient des chapitres documentés sur des parasites bien réels. Ceci a un bon côté et un mauvais côté. Le bon côté, c’est qu’on s’instruit tout en se divertissant mais le mauvais côté, c’est que ces chapitres font retomber l’ambiance lorsque le rythme de l’intrigue est en plein creshendo. En parlant du rythme, on a pas le temps de s’ennuyer, tout s’enchaine très vite.

Enfin, je vais terminer par la fin qui m’a un peu déçue. A vrai dire, je me suis senti perdue. Pendant le roman, l’auteur nous présente et nous explique les faits et on s’aperçoit qu’à la fin, ce n’est pas comme on le croyait. Ce que je dis n’est peut être pas très clair, mais c’est également ce que j’ai ressenti en fermant le livre. Hormis celà, comme je disais au début de l’article, j’ai trouvé V-Virus très sympa à lire, original et je retenterai cet auteur.   La prochaine fois, j’emprunterai Uglies et pas Midnighters (qui ne me tente pas !) à moins que Leviathan ait raison de moi 

Publicités

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s