Gail Carriger – Sans âme

 Titre VF : Sans âme

 Titre VO : Soulless

 Série : Le protectorat de l’ombrelle, tome 1

 Auteur : Gail Carriger

 Edition : Orbit (2011)

 Genre : Fantastique

 Quatrième de couverture :

« Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait même pas été présenté. Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ? Qui sont vraiment ses ennemis, et aiment-ils la tarte à la mélasse ? »

Mon avis :

Voilà un bon bout de temps que j’attendais parler de ce livre. Bon, en fait juste depuis sa sortie en janvier ^^ Mais chaque nouveau commentaire enthousiasmé me donnait envie de découvrir ce roman déjà repéré avant sa sortie (j’adore la couverture).  C’est finalement chose faite et je m’excuse pour vos wish-list ou vos compte bancaire parce que je rejoins les rangs qui ont été conquis par Alexia Tarabotti.

Sans âme n’est pas un coup de coeur mais il est sûr que c’est une très bonne découverte et que je lirai la suite des aventures d’Alexia qui malheureusement ne sortent pas avant janvier 2012 …

Pour une fois, l’objet livre ne nous ment et ne nous met pas en erreur. La couverture vous annonce une histoire de vampires, de loups-garous et d’ombrelles et c’est précisément ce que vous trouverez. A noter que l’ombrelle de Miss Tarabotti est aussi son arme de combat si besoin. (et si elle se trouve dans les parages)  On trouve même dans Sans âme une touche de steampunk.

Enfin le résumé a l’air de nous annoncer un style ironique, so british et c’est le cas. J’ai vraiment apprécié le style de l’auteur même si j’ai du mal à le définir. Comme dit plus haut, c’est ironique, voire détachée et la manie d’Alexia de considérer les choses (dont l’amour) scientifiquement ajoute une touche qui rend la plume de l’auteur très agréable à lire.

Passons un instant sur l’intrigue. J’ai trouvé qu’elle était plutôt bien menée, il n’y a pas vraiment de temps mort et même si il y a quelques détails que j’ai deviné avant l’heure, elle est très plaisante à suivre.

Venons en à la force principale de ce roman sans laquelle ce roman ne serait d’aucun intérêt (ou presque). Il s’agit bien sûr des deux personnages principaux : Alexia Tarabotti et Lord Maccon. Italienne de son père décédé (vraiment pas de chance, en plus elle a hérité d’un nez qui se remarque ^^), Alexia n’a pas d’âme. Cette particularité fait d’elle une paranaturelle qui désactive les pouvoirs surnaturels d’un vampire ou d’un loup-garou si elle le touche. Attendez-vous à des scènes mémorables … Alexia est aussi une femme de caractère, indépendante et ses demis-soeurs ou sa meilleure amie Ivy semblent très superficielles ou effacées à côté. Voilà pour Alexia.

Parlons maintenant de Lord Maccon, alpha loup-garou et écossais (donc sauvage). Vous savez ce qu’est un MP (mâle potentiel) ? Ces fameux mâles qui font qu’une lecture devient caliente ou pas ?

Eh bien Lord Maccon est un put**** d’MP, un vrai de vrai. Je pense même que c’est un des  meilleurs que j’ai rencontré à ce jour. ( Note adressée à Charlaine Harris : SVP, si vous ne voulez pas qu’Eric Northman soit détroné par un loup-garou, oubliez la guimauve et les « ma belle amante, mon épousée » et rendez moi mon viking arrogant, cruel et qui ne manque pas d’humour. Parce qu’Eric a de la sacré concurrence ou alors « vendez » Eric à Gail Carriger :D)

Bref, où en étais-je ? Ah oui, donc Lord Maccon est The MP. Il a tout pour me plaire. L’humour et les piques nécessaires pour répondre à celles d’Alexia (leurs échanges sont savoureux), la force d’un alpha et un physique parfait (ben quoi ? J’ai bien le droit d’être superficielle. ^^) Je ne doute pas que vous pourriez aussi apprécier.

Un autre personnage que j’ai beaucoup aimé est celui du vampire Lord Adelkama. C’est un des amis d’Alexia dont la manie de lui donner des surnoms différents et souvent débiles à chaque phrase le rend très attachant.

Tout ça pour dire que je vous conseille vivement ce roman.

Publicités

6 réflexions sur “Gail Carriger – Sans âme

  1. C’est dommage que tu ne participes pas à la LC du 10 juin, mais du coup ça me donne encore plus envie de l’ouvrir et c’est plus qu’une histoire de quelques jours 🙂

  2. Je suis d’accord avec toi sur tout ! ^^ Surtout sur Lord Maccon, je suis tout à fait d’accord sur le fait que c’est ZE MP et qu’Éric peut aller faire coucouche-panier !

  3. Pingback: Gail Carriger – Le protectorat de l’ombrelle, tome 1 : Sans âme « Chez Iluze

  4. Pingback: [Roman #13] Le Protectorat de l’ombrelle, tome 01 : Sans âme – Gail Carriger (2010) - Rêve général

Faire serment d'allégeance

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s